ALPA
Protection de la création audiovisuelle depuis 1985

Actualités

FERMETURE DU SITE ILLEGAL DE LIVE STREAMING «ARTV.WATCH»

FERMETURE DU SITE ILLEGAL DE LIVE STREAMING  «ARTV.WATCH»

Le mercredi 06 décembre 2017, en coordination avec l’ALPA, la Direction Interrégionale de la Police Judiciaire de Bordeaux a procédé en Gironde à l’interpellation du créateur et administrateur du site de live streaming contrefaisant « artv.watch ». Artv.watch était un site public offrant l’accès en direct à 176 chaînes télévisées françaises gratuites et payantes membres de l’ALPA : du Groupe Canal +, du Groupe M6, du groupe TF1, du groupe France Télévision, de Paramount, de Disney et de FOX. D’autres chaines thématiques et sportives étaient retransmises. Créé en avril 2017, ce site proposait par ailleurs le téléchargement d’une application mobile permettant de consulter ces programmes sur mobile et tablette, pour un total de 800.000 utilisateurs recensés. Selon les données Médiamétrie du mois de septembre 2017, le site « artv.watch » dont le trafic n’a cessé de croître depuis son ouverture était fréquenté chaque mois par 150 000 internautes français uniques. Les bannières affichées sur les pages du site « artv.watch » ainsi que sur son application mobile, relevées par l’ALPA, indiquent sa monétisation estimée à environ 3000 euros mensuels de revenus publicitaires. Le site artv.watch a été fermé par son administrateur durant sa garde à vue tandis que l’application a été désactivée sur le « Play Store ». Il encourt une peine de 3 ans de prison et 300.000 euros d’amende pour délit de contrefaçon par reproduction et représentation. Cette affaire d’IP TV et Live Streaming, traitée par la Police en collaboration avec l’ALPA, constitue une première en...

Lire la suite

La consommation illégale de vidéos sur Internet en France

La consommation illégale de vidéos sur Internet en France

· 48 millions de Français sont des internautes. · 13 millions d’entre eux accèdent à un site dédié à la contrefaçon audiovisuelle. · Pour la première fois, depuis que des mesures fiables existent, le nombre « d’internautes indélicats » a diminué de 8 % soit d’un million. · Cette diminution est imputable tant à la réponse graduée qu’aux décisions judiciaires affectant plusieurs sites. · Malgré ces succès relatifs, la lutte contre le téléchargement illicite doit se renforcer. Une étude complémentaire de celle de l’ALPA réalisée par EY mesure pour la première fois le manque à gagner dû à la piraterie. Frédéric DELACROIX Lien vers l’étude Contacts : ALPA Frédéric Delacroix, Délégué Général Tél : 01.45.22.07.07 contact@alpa.asso.fr CNC Benoît Danard, Directeur des études, des statistiques et de la prospective Tél. 01.44.34.38.26 despro@cnc.fr MEDIAMETRIE Thomas Briand, Directeur Développement Commercial Médiamétrie//Netratings Tél. 01.71.09.93.09 tbriand@mediametrie.fr TMG Alain Guislain, Président Tél. 02.40.12.00.97...

Lire la suite

Fermeture du site de streaming illégal Films-regarder.co

Fermeture du site de streaming illégal Films-regarder.co

Mercredi 18 janvier 2017, suite à une plainte des membres de l’ALPA, La Direction interrégionale de la Police Judiciaire de Bordeaux (DIPJ), a procédé à l’interpellation à TOULOUSE de l’administrateur du site de streaming illégal films-regarder.co. Films-regarder.co était un site proposant l’accès à des films et des séries piratées utilisant la technologie du streaming. Créé en 2013, ce site dont la popularité n’a cessé d’augmenter proposait l’accès à près de 800 films et 700 séries télé piratés. Les titres étant régulièrement renouvelés en fonction des nouvelles sorties. Selon les données Médiamétrie NetRatings, films-regarder.co était fréquenté par plus d’un million d’internautes uniques français tous les mois et totalisait 2, 2 millions de visionnages d’œuvres contrefaites dans le même temps. Le préjudice pour les ayants droit pourrait s’élever à plus de 30 millions d’euros. Les investigations menées par la DIPJ de BORDEAUX [1] ont abouti à la fermeture du site films-regarder.co. L’administrateur du site a reconnu avoir agi seul et avoir perçu environ 200 000 euros pendant les 18 derniers mois d’activité du site. Les revenus provenaient de régies publicitaires étrangères et étaient versés sur des comptes à l’étranger. Il a été présenté ce jour au Procureur de la République de TOULOUSE qui a sollicité l’ouverture d’une information judiciaire. L’intéressé a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. Il encourt les peines de la contrefaçon soit 3 ans de prison et 300 000 euros d’amende. [1] Ce service très impliqué dans la lutte contre la piraterie est également à l’origine de la fermeture en mai 2016 du site de streaming illégal...

Lire la suite